PAD Nord-Haïti

Aménagement durable du bassin versant de Limbé et mesure de l'impact environnemental des activités agricoles – Nord-Haïti

  • Lancement : Aout 2013 / Durée : 3 ans / Budget : 1,2 M€
  • Partenaires opérationnels : AGRISUD NTERNATIONAL, GRADIMIRH, IRD
  • Partenaires financiers : AFD, REGION AQUITAINE, IFAID


Contexte

Le projet s'inscrit dans le prolongement du "Projet Sécurité Alimentaire et lutte contre la pauvreté Nord-Haïti" (PSANH) mené depuis 2010 par Agrisud. Il se concentre sur le bassin versant de Limbé au niveau des 4 principales communes qui le composent : Limbé, Bas Limbé, Marmelade et Acul du Nord. 3 grandes zones géomorphologiques s’échelonnent de l’amont vers l’aval :

  • Montagne humide : systèmes de pente (manioc, taro, haricot, pois, maïs, élevage) ;
  • Piémont : systèmes agroforestiers (fruitiers, caféiers, cacaoyers, bananiers et ignames) ;
  • Plaines : systèmes de plaine sèche et humide (riz, cannes à sucre, arachides, bananes).

Cette grande diversité de systèmes permet une production très variée à destination des marchés d’importance (Limbé, Cap Haïtien et Port au Prince). Cependant, les exploitations agricoles de petite taille (< 1 ha) sont soumises à de fortes contraintes dues à la dégradation du bassin versant. L’érosion des sols de pente diminue la qualité et la taille des parcelles exploitables, ne permet pas de sécuriser les cultures en cours, et menace d’inondation et d’ensevelissement les cultures de piémont et de plaine. Cette érosion est le fruit de la violence des évènements pluviométriques sur des terres parfois très pentues et déstabilisées par des pratiques agricoles inadaptées et le déboisement (production d’énergie et bois d’œuvre, nouveaux espaces agricoles).
 

Projet 

Formation aux inventaire de carbone organique du sol. © Etc Terra

Le projet vise un renforcement des systèmes agricoles par une restauration globale de l’environnement des exploitations et par une intégration de l’arbre dans les systèmes de production (sécurisation des parcelles, intensification, diversification des revenus à moyen et long termes) dans le cadre de l’aménagement et de la valorisation durables du bassin versant du Limbé.
L’intérêt environnemental de ce travail de renforcement des systèmes, dans une dynamique d’aménagement de bassin versant, est mesuré en termes d’atténuation du changement climatique et d’impact sur les ressources naturelles, notamment eau, sol et biodiversité. 

Les principales activités prévues sont :

- L'accompagnement et la formation de 700 exploitations agricoles vers l’amélioration de leurs performances techniques, économiques et environnementales ;

- L'appui à la planification et la mise en œuvre de plans d’aménagement et de mise en valeur du bassin versant auprès de 4 communes ;

- Le développement de méthodes d’analyse et de suivi de l’empreinte environnementale du projet en termes de GES et de préservation des ressources naturelles.

 

Visualiser les réalisations sur le géoportail dédié au projet

 

Bénéfices

  • Mesure du débit par jeaugage du sel. © Etc Terra

    Lutte contre la pauvreté ;
  • Développement économique et social durable des populations rurales ;
  • Préservation et valorisation des ressources naturelles (eau, sol, biodiversité) ;
  • Adaptation et lutte contre le changement climatique (résilience des systèmes agricoles, réduction des émissions agricoles de GES et séquestration de carbone).

 

Partenaires

  • L'AFD cofinance les projet à hauteur de 50%.
  • AGRISUD est maître d’œuvre du projet.
  • GRADIMIRH (Association Haïtienne) est le partenaire terrain impliqué dans les activités de formation des bénéficiaires, de planification aux échelles communales et locales et de mise en oeuvre des aménagements.
  • ETC TERRA coordonne spécifiquement le volet concernant l'évaluation de l’impact environnemental (carbone, eau, sol, biodiversité).
  • L'IRD apporte un appui spécifique sur l'évalaution de l'empreinte carbone du projet.
  • L'UNIVERSITE D'ETAT HAÏTIEN assure les études et analyses sur l'empreinte environnementale des exploitations agricoles.
  • Les MAIRIES et ORGANISATIONS DE PRODUCTEURS sont impliquées dans l’identification des zones prioritaires et la mise en œuvre des plans locaux d’aménagement.